Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le mot ne manque jamais quand on possède l'idée. Gustave Flaubert

Cela fait plus de 30 ans que je gribouille des mots sur des feuilles... Mon genre littéraire préféré ? La Low Fantasy (mais vous n'êtes pas à l'abri que je m'essaie à autre chose), la Fantasy, le paranormal, le surnaturel, parce que cela me permet une liberté totale dans mon écriture. Mon but ? Vous démontrez que l'ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne, tout en y glissant certaines convictions personnelles à travers les paragraphes. (il faut gratter un peu pour découvrir certains messages dans mes livres !) Je partagerais avec vous, autant que possible. Merci pour votre indulgence. Bonne lecture à vous et bonne visite. N'oubliez pas les commentaires, positif et négatif ! C'est important les retours, et constructifs lorsqu'on écrit.

L'Hypersensibilité !

 

L'hypersensibilité, vaste sujet !

Face à l'incompréhension de certaines personnes, voir à la méconnaissance du sujet, je me suis dis que je devrais peut-être vous parler de ma propre expérience de vie.

Depuis ma plus tendre enfance, je me suis toujours sentie anormale par rapport au commun des mortels.

Est-ce un sentiment que l'on m'a fait ressentir ? Ou bien est-ce parce que je suis vraiment à part ?

Autant que je me souvienne, il me semble que j'ai été une enfant assez réservée concernant certains domaines.

Il y a quelques années, j'ai interrogé Marie, une personne extrêmement proche de mes parents, et qui donc m'a connu depuis ma plus tendre enfance.

J'avais une question à lui poser : Est-ce que tu te souviens si à un moment donné, j'ai parlé de ce que je voulais faire plus tard ?

Sa réponse : C'est loin tu sais, mais non, je ne me souviens pas. Il faut dire que tu ne disais pas grand chose de toute façon. Tu étais assez secrète, réservée.

Ça ne m'a pas beaucoup avancé du coup.

Wylda et moi chez ma grand-mère maternelle, en région parisienne.           Wylda, ma protectrice, ma gardienne ...

Wylda et moi chez ma grand-mère maternelle, en région parisienne. Wylda, ma protectrice, ma gardienne ...

Chez mes parrain et marraine, à Céret (Pyrénées-Orientales)

Chez mes parrain et marraine, à Céret (Pyrénées-Orientales)

J'ai également posé la question à l'une de mes anciennes institutrices.

Là aussi, impossible d'avoir une réponse. Il semble que, trop réservée, je n'ai rien dis à personne...

Avant mes dix ans/douze ans, je me souviens que j'étais la seule "jeune" à suivre des cours de catalan, dispensés par Mr et Mme Girbeau, à la Casa Catalane. J'écoutais et étais fan de musique classique, ainsi que des grandes voix. Strauss Père et fils, Luis Mariano, et tant d'autres. Pour une enfant de moins de dix ans, ce genre de goûts musicaux ne correspondaient pas vraiment à mes petits camarades de classe.

Avant mes dix ans, j'ai survécu à une tentative de noyade, et à plusieurs autres traumatismes pour lesquels on m'a muselé, au point tel que je suis atteinte d'une amnésie partielle. Je me souviens bien de certains détails mais des pans entiers sont cachés dans mon cerveau...

J'étais en total décalage ... Ça s'est accentué lorsqu'on m'a fait redoubler une classe en primaire, pour cause de manque de maturité.

C'est en découvrant mon hypersensibilité et ses caractéristiques, que je vais réellement comprendre que l'on m'a fait redoubler parce que les adultes en face de moi, n'ont pas compris que j'étais H.P.

En même temps, à cette époque-là, "on" n'en parlait pas comme aujourd'hui.

Manque de maturité ? Aujourd'hui, j'en rigole. Jaune peut-être mais j'en rigole.

Avant mes dix ans, j'avais déjà compris l'extinction des espèces et l'impact de l'humain sur son environnement ; J'avais compris ce qu'impliquait la mort ; J'avais compris le fonctionnement des plaques tectoniques et ce que ça impliquait pour le futur ; J'éprouvais un véritable amour et une forte passion pour Pompéï, la vulcanologie m'attirait au plus haut point (et m’intéresse toujours). 

Je n'ai pas une passion ! J'en ai des centaines ! Tout m'intéresse (ou presque). Tout me passionne (ou presque😊).

A l'adolescence, mon premier voyage dans un pays étranger, sans mes parents, était en Allemagne (j'avais à tout casser onze ans, et ça  s'appelait la R.F.A.). J'avais déjà choisi de faire allemand 1ère langue contre l'avis de tous !

J'étais douée pour le dessin, pour la musique.... J'avais une capacité de créations, peu importe le domaine. J'ai fait énormément de sport (tennis - natation - pour ne citer que ces deux-là).

Au cours de mes activités scolaires et externes, j'ai fait du théâtre, du classique comme des pièces humoristiques, satiriques, mais j'étais incapable de jouer une scène dans laquelle je devais me fâcher avec une personne qui me tenait à coeur. Les larmes montaient. Incompréhension autour de moi et incompréhension de moi-même ...

L'Archéologie est aussi entrée dans ma vie après la vulcanologie, et l’égyptologie.

Grâce à ma tante, j'aurais, l'année de mes dix-huit ans, l'occasion de participer à des fouilles archéologiques sur le site de Panissars, durant quinze jours (Perthus - Voie Romaine)

J'avais constamment besoin de gribouiller sur des feuilles, lorsque je devais écouter. Je me faisais souvent enguirlander parce qu'en face, "on" estimait que je n'écoutais pas. Pourtant, c'était la seule façon qui me permettait de me concentrer...

Mes devoirs ? Toujours avec la musique. Incapable de me concentrer sans.

Mes amours d'adolescente ? Je suis restée quatre ans avec le même garçon. Pour moi, c'était du sérieux, mais pour lui...

Dans la longue liste de mes passions, l'informatique s'est ajoutée.  Lors de mon "orientation" l'on m'a donné le choix entre un cursus de comptable ou de secrétaire. Je n'ai posé qu'une seule question : quel est le cursus qui a le plus d'heures d'informatique ?  On m'a répondu : secrétariat. J'ai dis ok. 

J'aurais préféré photographe, un autre domaine artistique qui m'attirait, ou dessinatrice de bd... mais ... fin de non-recevoir face à moi.

L'Hypersensibilité !

Adulescente, quelques deuils, déjà, deux diplômes en poche, et barrage de mon professeur référent parce que je cite : "en tant que fille d'ouvrier, je n'avais (soit-disant) pas la capacité d'aller au-delà d'un C.A.P et d'un B.E.P" * ; désormais seule, sans mon entourage amical et familial qui m'avait tendu un guet-apens pour me rejeter, je tombe dans les mailles du filet d'une famille perverse à tendance malveillante.

Il me faudra plus de dix ans pour m'extirper de cette situation, sans rien, à part ma fille, des insultes et des menaces de mort répétées qui, aujourd'hui, ne me font plus peur ! Il va de soit que nous avons développé un côté anxieux, un syndrome de stress-post-traumatique, et une méfiance vis à vis de l'espèce humaine...

Le décès de mon père et une semi-paralysie plus tard, je commence à m'interroger à mon sujet.

Je cherche à comprendre, mais surtout à me comprendre. Je ne fonctionne pas comme tout le monde. C'est une évidence ! Ce qui effleure le commun des mortels, me brise littéralement et peut réellement me laisser à terre. (depuis que je sais pour mon hypersensibilité, ça va mieux)

Les questions se font encore plus fortes lorsqu'invitée chez une amie, j'arrive avec ma fille. Tout le monde est assis et se retourne vers nous. Ces gens que je ne connais pas, ces regards sur moi, je ne me sens pas bien. Je bafouille une bricole pour partir. Je suis en train de faire ma première vraie crise d'angoisse. Je manque d'air. Je suffoque littéralement. Je ne me reconnais plus, mais là encore,  je ne mets pas le mot "hypersensibilité" sur ce que je ressens et mon comportement. Cette personne ne m'invitera plus jamais, et quittera ma vie comme amie. Elle n'est plus qu'une vague connaissance désormais.

Ce manque d'air me reprendra, lorsque S m'annonce qu'il part pour un autre continent. Moi qui ai un mal de chien à faire confiance, je perds un ami précieux à mes yeux.

De deuil en trahison, après avoir sauver la vie d'une personne, puis d'une autre, de trahison en deuil, je finis par faire un burn-out.

Oui, moi, avec ma force mentale incroyable (c'est ce qu'on m'a dit), je flanche, je m'écroule.

Trois femmes que j'estimais plus que je ne saurais le dire, m'ont totalement achevé, et une quatrième a enfoncé le clou.

La situation est tellement grave, que notre médecin de famille ne s'adresse qu'a ma fille. Il dit que j'ai un pied dans la tombe. Repos forcé et médicaments.  Je suis un zombie, je ne suis plus que l'ombre de moi-même, mais j'arrive malgré tout à donner le change à l'extérieur. Personne ne voit rien. Il me faudra des années pour remonter la pente.

L'Hypersensibilité !

C'est la deuxième fois, en tant qu'adulte, que mon corps dit stop. Il est temps que je l'écoute ce coup-ci.

Alors, j'apprends à dire non, j'apprends à laisser partir ce qui doit l'être, j'apprends à ne plus toujours courir après les personnes qui se disaient mes amis-amies... J'apprends, et c'est loin d'être simple !

Se succèdent des problèmes de santé pour ma fille, que nous traverserons ensemble.

Une rupture familiale, et plusieurs deuils plus tard, j'ose enfin sortir deux de mes romans. Je me fais violence, car la peur du regard de l'autre, le jugement, le fait que ce soit imparfait, que je sois seule, peu soutenue, sont autant de bonnes raisons pour moi, d'avoir envie de rester cachée dans ma grotte.

Printemps/Été 2021, a quelques mois de mon anniversaire,  je vais bientôt avoir la Révélation sur qui je suis !

Je zappe et tombe sur l’émission "Ça commence aujourd'hui" avec Faustine Bollaert.

Un homme, Maurice Barthélemy livre son témoignage sur son hypersensibilité. Je ne sais pas qui il est, mais ses mots résonnent très fort, vibrent même en moi.

Lorsque ma fille revient, je suis remontée comme un coucou. Si je pouvais, je sauterais partout même !

Je lui dis avoir vu une émission, et qu'il est dommage qu'elle l'ait raté, car ça me décrivait, totalement !

Je vous mets son passage en dessous.

Dés lors, je m'informe progressivement sur le sujet.

Je me souviens alors d'une psy, régulièrement présente sur le plateau de "Ça commence aujourd'hui", Christèle Albaret.

Je découvre alors une de ses vidéos : "Suis-je Hypersensible ?" que je visionne bien entendu, et je fonce faire son test, sur le site de sa clinique E-santé.

Résultat positif. Je suis au maximum de ce que l'on peut être en tant qu'Hypersensible Empathique (le combo total : hypersensible et empathique).

J'avais déjà un poids qui s'était enlevé grâce à Maurice Barthélemy, un autre s'enlève après le test.

Je visionne d'autres vidéos de Christèle Albaret, dont une qui me permet de découvrir que je suis notamment une HPI Complexe. (merci à vous !)

Je sais enfin qui je suis, mais je ne suis pas encore au bout de mes surprises. Je pense que je n'ai pas fini d'apprendre nombre de choses sur le sujet ! Sur moi, sur ma fille !

Savoir, mettre des mots sur qui l'on est, découvrir que j'ai juste un fonctionnement atypique, découvrir que ma fille l'est, que c'est héréditaire, et en conclure que ça doit certainement venir de mon père à qui je ressemble tant...

Notre manque de concentration, notre hyperacousie, et tant d'autres choses encore ! Tout ça parce que nous sommes HP !  Quel soulagement !!! Quel cadeau !!!!

Ma vie suit son petit chemin. Chaque salon littéraire est une victoire pour moi (j'en parle dans un autre article). Chaque nouvelle rencontre, idem.

Je n'accorde toujours pas ma confiance facilement ! Trop de blessures, trop de trahisons, trop de tout. Et comme je suis hyper tout, je me protège autant que possible.

Durant un cdd, je sens immédiatement que ma chef, qui pourtant était ravie de m'avoir au début, préfèrerait n'avoir que sa petite chouchou. Je le sens rapidement.

Je ne suis pas conviée aux réunions de services ; Elle m’aboie dessus lorsque je n'installe pas une application sur mon téléphone personnel, par manque de mémoire dans mon vieux téléphone ; Idem lorsque je n'ai pas déplacé les meubles d'un bureau qu'elle voulait ré-aménager pour cette jeune fille valide, alors que je suis handi'. Bien évidement, le jour J, sa protégée était absente ! Des absences régulières sans justificatif. Qu'en dit la chef ? Rien. Elle accepte l'inacceptable.

Résultat, moi qui déteste l'injustice, je développe la même maladie que ma fille, au niveau du système digestif. Plus tard, je me blesse bêtement : une entorse du genou, moi qui ne suis jamais allée au ski ! Un comble !

Par contre, ce coup-ci, je comprends très vite ce que mon corps essaie de me faire passer comme message. Mon seul réconfort ? Mes collègues qui sont outrées face à la différence de traitement qu'elles ont remarqué, elles aussi, et le fait qu'elles aient besoin de soutien.

Un matin, le portail est fermé. N'ayant aucun pass (L'autre oui...), je vais m'effondrer en larmes, dans mon bureau, après avoir pu entrer sur mon lieu de travail près de quinze minutes plus tard.  Moi qui déteste être en retard (un truc d'HP ça aussi !).

On me demande de ne pas trop prendre les choses à coeur ! Facile pour un humain normal.

Pour un HP, c'est lui demander de renier ce qu'il est depuis sa venue au monde, où l'amputer d'un membre. Accepteriez-vous que l'on vous coupe le bras ou une jambe pour correspondre à ce que les gens attendent de vous ? Pour être conforme au reste du monde ? Pour entrer dans les cases que l'on vous a attribué ? Moi non !

Sans illusion, la chouchou sera gardée encore quelques temps. Pas moi... bien sûr.. Elle va les planter, ne venant pas travailler durant près de deux semaines, sans prévenir, sans même répondre au téléphone lorsque la direction essaiera de la joindre.

Est-ce que j'aurais pu agir comme la chouchou ? Impossible ! J'ai des valeurs, d'anciennes valeurs, obsolètes diront certains, qui font que je respecte un certain code d'honneur. C'est ça aussi être HP !

Le hasard faisant toujours bien les choses, je vais finir par "tomber" sur un livre, "Fort comme un hypersensible" de Maurice Barthélemy et de Charlotte Wils.

Presque un an s'est écoulé depuis que j'ai visionné l’émission de Faustine. Je ne percute pas alors tout de suite concernant Maurice Barthélemy.

Je dévore son livre, littéralement. Je mets des post-it partout, parce que je me reconnais quasiment dans chaque phrase.

Malgré toutes les preuves que j'ai eu depuis un an, j'ai encore besoin d'avoir une validation quant à ma qualité d'HP.

Cette validation, c'est à travers les mots de Maurice Barthélemy que je l'ai eu.

Ma mémoire m'a alors rappelé que j'avais déjà vu son visage quelque part.

J'ai fouillé le net, youtube, et je suis retombée sur la vidéo de l'émission.

La boucle est bouclée d'une certaine manière.

Je dois beaucoup à Maurice Barthélemy. Grâce à lui, j'ai enfin mis des mots sur qui je suis, pourquoi j'agis d'une certaine façon, pourquoi certaines choses me font réagir, pourquoi mon comportement, mes ressentis, etc.... Merci à vous 🙏

Mon exemplaire du livre de Maurice BarthélemyMon exemplaire du livre de Maurice Barthélemy

Mon exemplaire du livre de Maurice Barthélemy

Exemple typique de situation que peut vivre un HP :

J'ai dû emmener ma vieille guimbarde (20 ans cette année), chez mon garagiste, durant la première quinzaine de janvier, pour une nouvelle réparation.

Lorsque je la récupère le lendemain, j'ai l'impression qu'un truc ne tourne pas rond, mais j'ai confiance en mon garagiste. Il a prouvé à maintes reprises que je pouvais me fier à lui et lui confier quelque part, notre sécurité. Je l'apprécie au point tel où je loupe rarement son anniversaire et la fin d'année. (je lui apporte toujours un petit quelque chose).

Dans la semaine qui suit, je tombe malade. Fièvre, etc...

Lorsque je recommence à sortir de mon domicile, je me rends compte que ma voiture fait un boucan d'enfer lorsque je la démarre, alors qu'avant la réparation, ce n'était pas le cas.

Ce bruit épouvantable pour mes oreilles s'entend aussi lorsqu'elle est "froide", au ralenti. Pire ! Elle a du mal à démarrer si je ne m'en sers pas tous les jours !

Une chose en entrainant une autre, je ne vais revoir mon garagiste pour lui signifier le problème qu'un mois plus tard (février).

Mon instinct me pousse à regarder sous le capot, avant. Je découvre que le cache-moteur a disparu ! Ils ont oublié de le remettre lors de la réparation en janvier ! Il parait que ça ne sert à rien...

Je laisse ma voiture chez mon garagiste, mais doit la récupérer le lendemain car, le soir, je reçois un mail pour un entretien professionnel.

Le lendemain, mon garagiste me dit que ça vient peut être des bougies, qu'il doit en commander.

On prend donc rdv pour la dernière semaine de février si les bougies sont là. Oui, mais, le garage ferme dés le 25 février pour une semaine de vacances.  Je contacte mon garagiste pour les bougies, mais elles ne sont pas arrivées. Ma voiture ne sera pas "réparée"  avant le 25 février...

Résultat :  nous sommes au mois d'Avril, depuis Janvier, malgré la crise, le prix du carburant, je suis obligée d'aller démarrer ma voiture, au moins un jour sur deux, lorsqu'il fait beau, pour être sûre qu'elle démarre toujours. Je n'ai pas eu de nouvelles de mon garagiste depuis...    Je déteste déranger. J'en suis arrivée à la conclusion, peut être fausse, qu'en fait, ils n'en ont rien à faire de moi. Après tout, je ne suis pas une riche cliente qui peut changer de voiture comme de chaussettes...

Ceci est un exemple parmi tant d'autres que je ne relaterais pas ici. Il faudrait en faire un roman ...

Pour moi,

Etre HP, c'est être un caméléon depuis sa naissance, afin de s'adapter au monde qui nous entoure ;

Etre HP, c'est porter différents masques pour correspondre à ce que l'on attend de nous ;

Etre HP, c'est être fatigué le soir de tous les efforts de la journée ;

Etre HP, c'est être à la limite des tocs (ou en avoir) ;

Etre HP, c'est avoir tous ses sens en ébullitions ;

Etre HP, c'est être passionné limite obsessionnel ;

Etre HP, c'est savoir et sentir ce qui n'est pas formulé ;

Etre HP, c'est avoir une pensée en arborescence et se poser un milliard de questions, tout le temps ;

Etre HP, c'est avoir besoin d'un entourage fiable, loyal, fidèle, sincère, honnête, franc, et présent ;

Etre HP, c'est être Hyper TOUT, tout le temps !

Et la liste est non exhaustive ...

Merci à vous qui avez eu le courage de lire jusqu'au bout ce résumé sur ma vie !

Merci à vous qui ne me jugerez pas !

Merci à vous qui resterez dans la bienveillance !

Merci à vous, ou plutôt à ceux qui m'accepteront telle que je suis  : parfaitement imparfaite !

Tout simplement moi, forte comme une hypersensible !

Tout simplement moi, forte comme une hypersensible !

N'hésitez pas à m'écrire ou à me laisser un petit commentaire.

Sans réaction, j'ai un peu l'impression d'écrire dans le vent, pour des fantômes... D'ailleurs, je remercie chaleureusement ces derniers, qui sont bien plus fidèles et réactifs que les vivants  😄

😘🙏

* J'ai, depuis, décroché un troisième diplôme dans mon corps de métier, pour lequel j'ai été classé 1ère dans la Région Languedoc-Roussillon, et 2ème dans les Pyrénées-Orientales

J'ai également un diplôme Universitaire dans le domaine médical-para-médical

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
c'est un très bel article sur ta vie. comme je te connais un peu je ne suis pas surpris. a mon avis tu devrais écrire un livre sur cette qualité rare en t'appuyant sur ta propre expérience. c'est un sujet que tu maitrises et qui en plus interesse énormément de monde. franchement tu as un sujet en or et tu devais y réflechir. bravo pour ce témoignage fort et triste aussi car ce don est aussi un lourd fardeau. Bisous
Répondre
V
Merci infiniment. Tu ne sais pas à quel point tes mots me touchent au delà de ce que je peux exprimer ! Tout n'est pas dit, tu t'en doutes bien. Heureusement d'ailleurs... Il y a des choses sombres que j'ai enduré et que je n'ai pas raconté. Je n'ai relaté ici que le quart du quart du quart de mon vécu... Je vais penser à ta suggestion. Ma fille me dit que tu as eu une excellente idée et que tu n'as pas tord ;-) Je vois en gros ce que je pourrais faire. A creuser. Je t'embrasse très très fort.
G
très beau article !
Répondre
V
Merci Ghost :-) Enfin un fantôme qui m'écrit ! Pour une fois, je n'ai pas l'impression d'être transparente ! Alors merci mille fois :-)