Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le mot ne manque jamais quand on possède l'idée. Gustave Flaubert

Cela fait plus de 30 ans que je gribouille des mots sur des feuilles... Mon genre littéraire préféré ? La Low Fantasy, la Fantasy, le paranormal, le surnaturel, parce que cela me permet une liberté totale dans mon écriture. Je n'ai pas à m'inquiéter de quoi que ce soit. Je peux mélanger les genres comme il me plait, parler d'un temps qui n'existe plus comme d'aujourd'hui, en y ajoutant toutes les touches de surnaturel possible. Mon but ? Vous démontrez que l'ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne, tout en y glissant certaines convictions personnelles à travers les paragraphes. (il faut gratter un peu pour découvrir certains messages dans mes livres !) Vous pourrez lire également certains textes courts anciens ou non (poésie), et mon actualité au fur et à mesure. (salons, rencontres littéraires, etc...) Je partagerais avec vous, autant que possible. Merci pour votre indulgence. Bonne lecture à vous et bonne visite. N'oubliez pas les commentaires, positif et négatif ! C'est important les retours, et constructifs lorsqu'on écrit.

"Eve et Raphaël" - courte nouvelle - écrite en mai 2012

Publié le 12 Septembre 2021 par Virginie Maurille in 2021, Courte Histoire, Histoire, Pyrénées-Orientales, romance

 

L’histoire d’Eve…

 

Un jour de pluie, un vendredi, Eve reçoit un appel d’Émilie, une supposée « amie ».

Elle sollicite Eve car elle n’a pas de voiture, et aurait besoin d’aller au supermarché.

Eve soupire en reposant le combiné…

Elle à de l’affection pour Émilie, mais elle sait qu’on ne lui téléphone que lorsqu’on a besoin d’elle...

Juste pour ça et rien d’autre… 

Eve a accepté de rendre service à Émilie parce que sa vie est vide. Vide d’amour, Vide d’amitié, vide de tout…

Et ce vide intersidéral, elle le comble en disant « oui » dés qu’on l’a sollicite car ça lui permet d’avoir le sentiment, l’espace d’une seconde, d’être en vie et de servir à quelque chose.

Elle sait pourtant qu’Émilie lui adressera à peine la parole…Au moins, elle verra du monde…

Eve quitte son domicile le cœur lourd et part chercher Émilie.

Elles discutent de tout durant le trajet. A les voir, on pourrait croire qu’elles sont très liées…Mais une fois à l’intérieur du supermarché, Émilie ne fait aucun cas d’Eve…

Alors, Eve agît comme souvent dans pareils cas, lorsqu’elle est mise à l’écart, ignorée…Elle étudie les gens qu’elle croise.

Il faut dire qu’en 7 années de solitude, Eve a eu largement du temps pour s’essayer à ce « jeu » là.

Et quand je vous parle de sa solitude, je ne parle pas bien sûr de personnes qui se sentent seules, mais qui pourtant ont une vie de famille, même si leurs conjoints ne se préoccupent pas d’eux ; 

Je ne parle pas de ceux qui ont des tonnes d’amis avec qui faire la fête ou se faire un resto, ou qui ont une famille qui est présente…

Non, je vous parle d’une vraie solitude, qui fait que lorsqu’on sort de chez soit pour acheter le pain, la seule personne à qui l’on va dire deux mots, c’est à la boulangère ;

Je vous parle d’une solitude, ou il peut se passer plusieurs jours sans que l’on parle avec un être humain ;

Je vous parle d’une solitude où en cas de coups durs, quels qu’ils soient, il n’y a personne pour vous tendre la main ;

Je vous parle d’une solitude où le téléphone ne sonne jamais, tant et si bien que vous prenez le combiné pour vérifier qu’il y a de la tonalité ;

Je vous parle d’une solitude où vous passez votre anniversaire, votre nouvel an, votre noël, les fêtes diverses et variées, en tête à tête avec votre poste de télévision et une bouteille d’alcool quelconque….

Voilà ce qu’est la vraie solitude !!

Voilà ce que vit Eve depuis 7 ans…Mais être seule tout le temps face à soit même, permet de découvrir des petites choses, non seulement sur soit, mais aussi et surtout chez les autres.

C’est ainsi qu’Eve avait découvert qu’en observant les personnes, on pouvait en apprendre beaucoup sur eux… Beaucoup plus même qu’elle ne le pensait…

Son expérience la plus flagrante était avec une personne, pour qui elle avait une grande estime, mais qu’elle pensait arrogante, prétentieuse, avec un taux de confiance en lui supérieur en la moyenne. Bref quelqu’un qui, à ses yeux, aimait se la « péter »…Qu’elle ne fut pas sa surprise, lors d’une soirée passé à observer cet individu…En réalité, il n’en était rien…

Ce soir là, Eve avait finit par découvrir que cet individu était tout le contraire de l’image qu’il donnait volontairement de lui.

Délaissée par Émilie, qui avance au fur et à mesure avec son chariot, Eve observe…

Les enfants hurlants parce que leurs parents ne cédaient pas à leurs caprices ;

Un couple de personnes âgées cherchant un employé pour demander un produit qui ne se trouvait pas dans le rayon ;

Un jeune homme s’essayant à un mauvais jeu de drague avec de jeunes filles qui gloussaient ;

Des employés en train de discuter de leurs soucis de boulot ;

L’employé de la charcuterie faisant de l’œil à toutes les jeunes femmes bien faites, etc.…etc.…

 

Émilie fait si peu cas d’Eve, qu’elle la plante là, comme le chariot, à plusieurs reprises.

Eve croise le regard d’un employé, qui lui rend son regard.

Il disparaît de son champ de vision pour y revenir 5 minutes plus tard, et lui adresse un timide et léger sourire.

Eve qui n’a plus été regardée avec autant d’intensité par un homme depuis des lustres, pense alors que cet homme adresse ce sourire à une autre…

Cet homme ne l’a quitte plus des yeux, tout en lui souriant et en rougissant légèrement.

Pendant qu’Émilie continue ses achats, Eve regarde l’homme du coin de l’œil afin d’avoir la certitude que ce n’est pas elle qu’il regarde.

Et pourtant, c’est bien elle qu’il dévore des yeux…

Tandis qu’Émilie se dirige vers l’allée centrale pour aller aux caisses, Eve voit que son « éventuel soupirant » passe et repasse dans les diverses allées jusqu'à ce qu’il l’aperçoive et lui adresse un franc sourire...

Sourire qu’Eve lui rend…

Émilie n’a même pas vu qu’Eve était troublée.

Eve se contente de ramener Émilie chez elle, sans un mot…

Elle peut à tout moment repartir au supermarché pour revoir ce jeune homme, mais la peur l’en empêche...

La peur de souffrir ou de l’échec ne sont pas ses plus grosses frayeurs.

Elle sait que quoi qu’il puisse arriver, elle s’en sortira parce qu’elle est forte.

Non, elle a juste peur de faire souffrir ou de blesser « l’autre » si encore une fois, elle n’arrive pas à aimer…

 

Il y a 9 ans, Eve a vécu une rupture profondément dévastatrice.

La destruction fut telle que depuis, en plus d’une perte totale de confiance en elle, elle n’arrive plus à aimer où devrais-je dire, elle n’arrive plus à « tomber amoureuse »…

Pourtant elle a essayé de multiples fois.

Et a chaque fois, le même scénario : elle rencontre un homme qu’elle trouve charmant, son cœur bat un peu, juste un tout petit peu durant toute la période de « séduction », il devient son « petit ami » et puis, le seul sentiment qu’elle à pour lui, c’est juste de l’affection…

Comme avec ce jeune homme, tellement fou d’amour pour elle, qu’il voulait demander sa mutation, laisser ses amis, sa famille, juste pour vivre avec elle ;

Il avait même été jusqu'à lui dire qu’il voulait fonder une famille avec elle… mais Eve n’arrivait pas à l’aimer.

Honteuse de s’être, quelque part, servit de lui, elle lui avait annoncé la rupture en lui expliquant bien qu’il n’était pas fautif mais que ça venait d’elle…

 

Il y a des personnes dont on dit qu’elles sont rares parce qu’elles font parties des vrais gentils, de celles qui font des choses juste pour le plaisir de faire le bien autour d’eux. Eve est de celles-là...

Faire du mal à autrui n’est pas sa tasse de thé, et encore moins blesser quelqu’un qui a des sentiments amoureux pour elle.

C’est à cause de cela qu’elle est seule depuis 7 ans, car au moins elle se dit qu’elle ne risque pas de faire du mal à quelqu’un qui ne le mérite pas… mais elle trouve l’homme du supermarché charmant…

Eve songe alors qu’il serait peut-être temps de réessayer…

 

La semaine suivante, Eve retourne au supermarché, accompagnée d’une tierce personne.

Certaine que c’est « la » solution car il n’osera pas s’approcher d’elle, et que de ce fait, il n’y a aucun risque.

Elle cherche du regard, et le trouve enfin. Eve à donc au moins la confirmation qu’il travaille tous les vendredis après-midi, car il est bien là, en train de remplir son rayon…

Amusée, elle l’observe en se demandant si celui-ci aura une réaction identique à la semaine précédente…

Dés qu’il l’a voit son visage s’illumine. Il lui fait un signe de tête en guise de bonjour, lui adresse un magnifique sourire à nouveau…

Eve continue son chemin tout en observant le jeune homme discrètement.

Elle se rend très vite compte que dés qu’elle disparaît de son champ de vision, il se tord dans tous les sens pour essayer de la voir encore, l’a cherche partout, et quitte même son propre rayon pour essayer de la voir. Tant et si bien qu’il manque de lui rentrer dedans dans un virage…

Elle sait que désormais, pour qu’il ose lui parler, elle doit se rendre au magasin, seule…

Ce qu’elle fait dés le lendemain après-midi, après avoir hésité longuement.

Au cours du trajet, elle se dit qu’il est possible qu’il n’y soit pas et que finalement, ça ne serait peut-être pas une mauvaise chose…

Le magasin est bondé de monde. Situation qui convient parfaitement à Eve, car elle ne va pas directement au rayon du jeune homme, mais passe non loin dans l’espoir que celui-ci, s’il est présent, ne puisse pas la voir tout de suite.

C’était sans compter un hypothétique sixième sens, qui fait qu’instinctivement, il s’est retourné vers elle, constate qu’elle est venue seule, et semble rayonner de joie.

Eve file dans un rayon rapidement, presque pour fuir...

Le jeune homme vient se poster auprès d’elle et lui adresse un « bonjour, vous allez bien ??? ».

Ce à quoi Eve répond « bonjour, oui merci et vous ? »

Le jeune homme lui murmure alors dans l’oreille « vous savez que vous êtes très charmante ? »

Eve « merci beaucoup…. ». Silence.  Puis elle ose un « vous aussi ».

Ce coup-ci, c’est le jeune homme qui file, rouge comme une pivoine…

Eve se dirige alors direction les caisses… puis fait demi-tour car elle se dit qu’au point où elle en est, il sera dommage qu’elle parte de suite.

Si ce n’est que là, elle file tout droit au rayon du jeune homme, qui en l’apercevant sourit de plus belle.

A nouveau, il s’approche d’elle et lui dit tout doucement « en fait, vous êtes très belle ! Etes-vous mariée ? »

Mille réponses passent par la tête d’Eve, mais elle se contente de le remercier et lui dire que non, elle n’est pas mariée. Elle l’entend pousser un long soupir, auquel il ajoute « c’est très intéressant » …

Ils sont alors interrompu par la chef du jeune homme : « Raphaël, pourriez-vous s’il vous plait aller chercher les autres cartons dans la réserve »

Lorsqu’il revient les bras chargés, il passe à côté d’Eve et profite que sa chef ait le dos tourné pour lui demander « est-ce que vous pourriez venir ce soir à 20h15 ? »

Eve lui répond qu’elle ne pourra pas venir, mais avant de partir, elle lui laisse sa carte avec ses coordonnées.

Carte qu’il se dépêche de fourrer dans son jean, tout en l’informant qu’il l’a contactera vite…

Eve quitte le magasin, en se demandant si elle a eu raison de refuser de venir le soir même…

Et puis d’un autre côté, elle se dit que s’il souhaite vraiment la revoir, il à son numéro de portable désormais…

Eve a apprit avec le temps et l’expérience, que si l’on plait vraiment à un homme, ce dernier est capable de faire tout ce qu’il peut pour vous revoir.

Elle se dit aussi que les compliments qu’il lui a fait ne sont peut-être que de belles paroles, mais que ce n’est pas bien grave.

Jamais personne ne lui dit de choses aussi gentilles. Ça fait du bien au moral et c’est toujours bon à prendre.

Peut-être que le fameux Raphaël attendra qu’Eve revienne au magasin ?

Peut-être lui téléphonera-t-il ?

Peut-être y aura-t-il une suite à cette histoire ?

Ou peut-être pas…

 

V.M – MAI 2012 -

Commenter cet article