Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le mot ne manque jamais quand on possède l'idée. Gustave Flaubert

Cela fait plus de 30 ans que je gribouille des mots sur des feuilles... Mon genre littéraire préféré ? La Low Fantasy, la Fantasy, le paranormal, le surnaturel, parce que cela me permet une liberté totale dans mon écriture. Je n'ai pas à m'inquiéter de quoi que ce soit. Je peux mélanger les genres comme il me plait, parler d'un temps qui n'existe plus comme d'aujourd'hui, en y ajoutant toutes les touches de surnaturel possible. Mon but ? Vous démontrez que l'ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne, tout en y glissant certaines convictions personnelles à travers les paragraphes. (il faut gratter un peu pour découvrir certains messages dans mes livres !) Vous pourrez lire également certains textes courts anciens ou non (poésie), et mon actualité au fur et à mesure. (salons, rencontres littéraires, etc...) Je partagerais avec vous, autant que possible. Merci pour votre indulgence. Bonne lecture à vous et bonne visite. N'oubliez pas les commentaires, positif et négatif ! C'est important les retours, et constructifs lorsqu'on écrit.

 

Ça y est ! Vous venez de mettre le point final à votre livre qui, si écrit à la main se nommera : manuscrit, si tapé au clavier : tapuscrit.

Vous êtes fière de vous (vous pouvez l’être !) ; L’envie vous titille de le publier pour qu’un maximum de personnes découvrent votre talent.

Votre idée première ? Trouver un éditeur, parce que sans le sou et sans réseau, vous vous dites que c’est forcément impossible.

Ce qui suit est donc pour vous.

Je vais tenter de vous donner un max d’informations. Il se peut que j’en oublie. Pardonnez-moi ! Je suis néophyte, comme vous.

 

En tant que « novice » dans le milieu des écrivains, je vous rappelle la nécessité, que dis-je, l’obligation d’expédier votre « précieux » à une maison d’éditions dont la ligne éditoriale correspondant à votre ouvrage, sinon vous risquez fortement de ne pas les intéresser (et encore que ...)

 

Du coup, la véritable première question à se poser est : quel est le genre de mon roman ?

Fantasy ? Policier ? Amour ? Bien-être ? Etc... Etc...

Une fois le genre définit, il vous faudra chercher les maisons d’éditions adéquates.

 

Et là, seconde question : ai-je suffisamment corrigé mon tapuscrit/manuscrit ?

Vous ne pouvez décemment pas envoyer un ouvrage bourrée de fautes plus grosses les unes que les autres.

 

Beaucoup de maisons d’éditions ne prennent pas le temps de lire vos tapuscrits (elles en reçoivent une quantité incroyable) et lorsqu’elles les lisent, elles dépassent rarement le 1er chapitre.

Vous n’avez donc que très peu de chance de signer avec une maison d’éditions à moins d’être un people, d’avoir des relations bien placées, ou de gagner un concours d’écriture. (Désolée de vous casser le rêve). Certains décrochent un contrat, mais c'est très rare ! Bien sûr, je ne parle même pas de la situation actuelle : le covid -19, qui a refroidit quantité de maisons d’éditions, qui de ce fait ne signeront pas un « jeune écrivain » qui ne leur rapportera peut-être rien !

 

Mais revenons à la correction : je vous donnerais le conseil que mon ami écrivain m’a un jour donné : laisse-le de côté pendant un bon moment (plusieurs mois) et reprend-le plus tard.

Il avait raison !

Voici mon exemple personnel concernant le premier roman que j’ai osé auto-publier.

Je l’ai lu, relu, re-relu, et corrigé un milliard de fois avant de l’auto-publier en ebook (ebook : livre numérique). Mon « autre », ma fille a lu-relu et corrigé également.

Pensant que tout avait été corrigé, prenant mon courage à deux mains, j’ai appuyé sur le bouton publication, la trouille au ventre.

Naïvement, j’ai vraiment cru que toute faute avait été traquée. Je me suis commandée la version papier de mon livre, histoire justement de revérifier, à la virgule près.

Et là, horreur ! J’ai découvert dans les premières pages, une faute monumentale ! J’en ai été mortifié !

J’avais osé écrire : « savon anti-sceptique », ce qui n’a rien à voir avec « savon antiseptique ».

J’ai eu honte, car jamais oh grand jamais, je n’aurais dû passer à côté.

Certes, nous faisons toutes et tous des fautes d’inattention (ou pas), à force d’avoir le « nez dans » notre ouvrage, mais celle-là était énorme.

Depuis, chaque ligne est scrutée à la loupe, tout comme la ponctuation car je n’apprécie pas particulièrement les ouvrages dans lesquels la ponctuation n’a pas été mise.

 

Nous en sommes donc au moment où votre texte a été correctement corrigé par vous, un autre, un tiers que vous avez payé si vous avez un peu de moyens, vous avez le titre et avez découpez soigneusement votre livre en autant de chapitres que nécessaire.

L’étape suivante ?

Vous décidez d’auto-publier un ebook (livre numérique) puisqu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même !

Peu importe la plate-forme que vous choisirez, il faudra faire la mise en forme de votre livre numérique/ebook.

La police tout d’abord : en général Times New Roman 12.

Texte : justifier

Interligne : 1,5

Marge : haut, bas, gauche et droite : 2,5

Format dit à la française : 148 mm x 210 mm A5

Libre à vous d’insérer ou pas les numéros de page (en ne commençant pas par la première page, bien sûr).

Le tiret des dialogues n’est pas le tiret de la touche du 6 ou du 8. Il faut le faire en appuyant simultanément sur la touche « Ctrl », « Alt » et tiret (clavier numérique, c’est plus simple).

Au dernier mot de votre chapitre, avant de démarrer le suivant, il faut faire un saut de page.

La publication d’un livre numérique ne nécessite pas que l’on vous attribue un ISBN, une mention par contre obligatoire pour l’édition d’un livre papier.

Il ne vous reste plus qu’a choisir une image pour la couverture de votre ebook, et fignoler les dernières « touches » de votre ouvrage.

Attention au droit à l’image !

Choisissez une banque d’images libre de droit si vous n’avez pas les talents nécessaires pour créer votre propre couverture.

Donc reprenons :

En premier, la couverture avec le titre et votre nom ;

La page un : le titre ; La page deux : si vous démarrez une collection, vous pouvez écrire le nom de votre collection en haut, et en bas, il faudra insérer le © (Alt,ctrl et c) suivi de votre prénom et nom, ainsi que de la date à laquelle vous avez terminé d’écrire votre livre.

Ne manque plus que les articles relatifs au droit de la propriété intellectuelle, vos éventuelles dédicaces, remerciements, hommages, votre texte et accessoirement les chapitres.

Pour l’auto-publication d’un livre papier.

Aujourd’hui, de nombreuses plateformes proposent d’auto éditer nos ouvrages à moindre coût, et à la demande ! 

La mise en page est toujours la même. A vous ensuite de voir quelle genre de couverture vous voulez (rigide ou souple, mât ou brillant, le papier, etc.. etc...)

Le choix de l’image posera plus de problème puisqu’il faut que ce soit une image avec un certain nombre de pixels.

L’intérieur et l’extérieur du livre papier demande également de nombreuses informations légales. Certaines sont obligatoires, d’autres sont facultatives.

- Page précédant la page de titre, nom et adresse de l’éditeur. Ex : ©Jean Dupont, 2021

- ISBN : au verso de la page titre, en bas de la 4ème de couv’, au bas de la dernière page,

-Date du dépôt légal : dernière page de l’ouvrage ou sur la page précédant le titre. Ex : Dépôt légal : avril 2021, 

- Nom et adresse de l’imprimeur, dernière page et/ou sur la page précédant le titre

Certaines plateformes l’inscrivent automatiquement comme KDP Amazon.

- Prix du livre : 4ème de couverture,

- Date de fin de tirage : cette mention ne concerne pas les tirages à la demande !

- Article de loi et copyright : sur la page précédant le titre ou au verso de la page titre,

- Traducteur, correcteur ou toute personne ayant collaboré : sur la page précédant le titre

Là encore, ne vous reste plus que les hommages, dédicaces, remerciements et la table des matières avec les chapitres. Concernant les remerciements et la table des matières, je pense que l’on peut soit les insérer après les mentions obligatoires, soit à la fin du livre.

 

Une fois tout cela terminé, que vous reste-t-il à faire ? L’imprimez et le vendre ? NON !

Vous devez d’abord faire un dépôt légal à la Bibliothèque Nationale de France (BNF).

Pour cela, il vous faut envoyer un exemplaire de votre livre accompagné du formulaire dûment rempli. http://www.bnf.fr/documents/declaration_dl_livres.pdf

Il faut envoyer ce formulaire en 3 exemplaires par la poste plus un exemplaire de votre livre imprimé.

Ou

Ouvrir un compte sur le site dédié à la BNF : https://depotlegal.bnf.fr/login.do

Une fois le formulaire rempli en ligne, imprimez-le en 1 exemplaire puis expédiez-le à la BNF avec 1 exemplaire de votre livre.

 

INFO : Les envois de livre destinés au dépôt légal bénéficient d’une franchise postale. Vous n’êtes pas obligé de payer les timbres.

Sur l’enveloppe, en haut à droite écrivez :

« Dépôt légal — Franchise Postale — Article L. 132-1 du Code du Patrimoine »

Voilà tout ce que je sais concernant l’autoédition.

Comme dit au tout début, je suis néophyte dans le domaine.

Il se peut donc que je sois passée à côté de nombreuses informations.

Auquel cas, je compte sur vous !  Ça s’appelle l’entraide, tout simplement.

Personnellement, je n’ai toujours pas sorti de livres « papier » pour le moment.

Ce que j’adore le plus ? Raconter des histoires, et je veux pouvoir continuer à en raconter.

Alors oui, je prépare la version papier, mais c’est beaucoup de travail pour la personne seule que je suis.  

Je suppose que lorsque j’aurais sorti un livre format papier, j’aurais moins de difficultés pour en sortir d’autres, puisque j’aurais déjà assimilé toutes les informations nécessaires.

En attendant, je vais à mon rythme.

Et puis, vous avez toujours mon deuxième roman à lire au format ebook : « La ligue des devins ».

Bon courage à toutes celles et tous ceux qui se lancent dans l’autoédition, comme moi.

C’est un parcours long, où la rigueur et le travail sont nécessaires, qui plus est lorsqu’on n’a pas vraiment ni de véritable entourage ni de véritable soutien en dehors d’une toute petite poignée.

Un MERCI  de tout mon cœur aux très rares personnes qui me soutiennent vraiment.

Elles se reconnaitront.... C’est facile ! Ce sont les seules qui font de la pub pour mes ebook sur Facebook notamment, et qui m’apportent du soutien sur d’autres domaines... 

 

Tout mon amour pour mes deux dernières tantes avec qui je suis en contact régulièrement, et même à ma troisième tante que je ne connais pas encore (j'espère que nous en aurons l'occasion avant qu'il ne soit trop tard)

MERCI à vous mes tatas, même si nous sommes géographiquement très éloignées,

MERCI d’espérer que ça marche pour moi,

MERCI pour vos mots qui me font tellement de bien au cœur 💖

 Virginie

 

 

 

Commenter cet article